homeoffice une nouvelle tendance
Le télétravail une nouvelle tendance ou une obligation “Covid-19” ?

Le télétravail avant le confinement…

Selon la source, ce nombre varie pour les français entre 8% à 17,7%. France Stratégie évaluait en 2009, la proportion de télétravailleurs à 8,4 % en France. Cependant, celui-ci a fortement évolué puisqu’il était estimé à 17,7% dans le rapport de Bruno METTLING sur la Transformation numérique et vie au travail. En comparaison, dans les pays nordiques, le taux moyen de télétravail est de l’ordre de 30% à 35% (En Europe : 20%).

En 2019, selon une étude du groupe d’assurance Malakoff Médéric – Humanis, le nombre de télétravailleurs a augmenté de 700 000 en un an pour atteindre 29 % des effectifs des entreprises de plus de dix salariés, soit 5,2 millions de personnes.

Une perception favorable de la pratique du télétravail

Selon l’Observatoire du télétravail, des conditions de travail et de l’ERGOstressie150 accords d’entreprises sur le télétravail ont déjà été signés, les télétravailleurs font leurs missions depuis leur domicile majoritairement et plus rarement dans un espace de télétravail, un espace de coworking ou un tiers-lieux… Rappelons qu’il existe plus de 1000 tiers-lieux selon la plateforme Néo-nomade.

Le télétravail est positivement perçu, avant le Covid tant par les salariés que par les managers et les directions.

Quand une entreprise proposait le télétravail avant la crise et le confinement, c’était 30 % des salariés qui se déclaraient favorables.

Une enquête réalisée en 2012 montre que :

  • 90% de salariés considèrent que le télétravail améliore leur qualité de vie personnelle
  • 84% : amélioration de la qualité de vie familiale
  • 77% : augmentation de la productivité,
  • 81% : réduction du stress lié aux transports,
  • 64% : augmentant leur temps de travail et
  • Mais … 22% pensent que le télétravail augmente leur charge de travail

Qui sont les télétravailleurs ?

En dehors de la crise du Covid-19, les télétravailleurs qui bénéficient d’une charte ou d’un avenant au contrat de travail sont encore très minoritaires : 9 %.

Le nombre de ces salariés couverts par un accord d’entreprise est celui qui a le plus augmenté : 50 % entre 2018 et 2019. Un bon signal car 21 % travaillent chez eux encore sans cadre légal !

Qui sont-ils selon Malakoff-Mederic ?

  • 51 % sont cadres et 45 % ont entre 35 et 49 ans,
  • 57 % vivent avec des enfants,
  • 49% travaillent dans des entreprises de plus de 1000 salariés
  • 97% sont en CDI
  • 45% sont dans le secteur des services
  • 34 % habitent la région parisienne
  • 26 % sont des aidants
  • 54 % y ont recours pour réduire le temps de transport

Ces chiffres montrent que le télétravail concilient vie personnel et vie professionnelle mais qu’ils ne touchent aujourd’hui qu’une partie bien particulière de la population.  

Les télétravailleurs de la crise du Covid-19

L’association nationale des DRH (ANDRH) a lancé une enquête dite “flash” auprès de ses adhérents, pour mesurer l’impact de la pandémie de Covid19 sur leur activité.  95% des DRH ont déclaré que le télétravail avait été mis en place. 72% est traité des arrêts pour la garde d’enfants. Dans le même temps, 59% ont déclaré qu’ils devaient prendre les mesures nécessaires pour poursuivre les activités sur place, tandis que 41% ont mis en place tout ou partie ou une partie du mécanisme d’activité. Cela montre que la direction du développement des ressources humaines est en effet une passerelle et doit mettre en place et résoudre de nouvelles situations complexes en peu de temps: la poursuite des activités, la mise en œuvre de certaines activités et le travail à distance.

70% des Français sont obligés de travailler à domicile durant la crise du Covid-19. Pour 75% d’entre eux, c’est d’ailleurs la première fois ! Selon une étude de Deskeo, 62% des Français voudront faire plus de télétravail après le confinement. De plus, 77% des femmes et plus de 82% des hommes sont tout à fait prêts à ne plus avoir un poste de travail attitré au bureau.

Cependant, l’émulation collective émanant d’un espace de travail dynamique (43%) apparaît comme le plus grand manque poru les interrogés…. devant le fait de pouvoir échanger facilement avec ses collègues (35%).

Quels risques pour le télétravailleur ?

Tout d’abord, rappelons que certains secteurs ne peuvent pas recourir au télétravail : l’accueil, le bâtiment, la fabrication, l’agriculture, fonction publique (pourtant éligibles au télétravail)… Mais ceux qui en profitent reconnaissent avoir été confrontés à des problèmes :

  • Techniques liés à l’informatique
  • Charge de travail supérieure
  • Difficultés d’organisation
  • Travail d’équipe diminué
  • Qualité de certains projets complexes
  • Risques psychologiques liés à l’isolement, l’inattention…
  • Difficulté à la non-déconnexion
  • Perte de rythme et de qualité du travail lors de phase de démotivation…

Pour en savoir plus sur le télétravail :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *