Et voici le dernier post de la saga de l’été “les mardis de l’été” 😎. Pour ce dernier chiffre, Helevato, cabinet en accompagnement des organisations a choisi de parler de la perception de l’industrie… Alors préparez vos cartables et vos crayons de couleur 🌈 pour esquisser ensemble l’industrie d’aujourd’hui.

Car le monde de l’industrie connaît actuellement l’une de ses mutations les plus profondes depuis la révolution industrielle. Alors que les industriels évoluent afin de s’adapter à un monde de plus en plus connecté et respectueux de l’environnement.

On présente souvent l’histoire de l’évolution industrielle comme une succession de transformations majeures, déclenchées par l’arrivée d’une nouvelle technologie. Mais les transformations ne naissent pas nécessairement de prodigieuses innovations, elles émergent aussi des crises et de la contrainte comme celle que nous traversons par la crise économico-sanitaire du Covid-19, crise de flux avant d’être crise de confiance.

La smart industry ou l’industrie du futur

Le schéma ci-dessous illustre la métamorphose des sites de production. Passant d’une industrie mécanisée, à la fin du XVIIIe siècle, à une industrie peu à peu robotisée, le XXIe siècle marque les prémisses d’une industrie interconnectée grâce à la diffusion des systèmes cyberphysiques.

évolution de l'industrie vers l'industrie du futur

La dernière transformation s’appuie sur un ensemble de technologies interdépendantes et communicantes, regroupées autour de problématiques clés telles que la logistique intelligente, la sécurité industrielle, ou encore l’interopérabilité des systèmes. La 4e révolution industrielle est ainsi fondée sur l’accroissement de la vitesse de traitement et de stockage de l’information et sur le développement massif de réseaux de communication.

Prise automobile électrique

Cette nouvelle mutation technologique, liée à l’arrivée du numérique, est caractérisée par une interconnexion des machines et des systèmes au sein des sites de production ainsi qu’à l’extérieur de ces sites. Elle ouvre ainsi la voie à une nouvelle organisation des moyens de production. Si ce phénomène est appelé révolution, c’est que l’industrie du futur ne se contente pas d’optimiser des solutions existantes, mais intègre de réelles transformations amenant de nouvelles solutions pour les technologies et les modes d’organisation.

Parmi les grandes tendances induites par le numérique dans l’industrie, le livre blanc 2016 de l’industrie du futur de Syntec numérique évoque notamment :

  • L’économie de la fonctionnalité, c’est-à-dire une économie plus orientée services et usages, qui s’impose à tous les secteurs, dont l’industrie, nécessitant de revoir les modèles économiques ;
  • Les évolutions des exigences des clients en termes de produits personnalisés ;
  • L’évolution des produits, devenant plus intelligents et communicants, mais également l’évolution des outils de production, de transport et de logistique.

Aujourd’hui le besoin est d’intégrer de nouvelles technologies disruptives, mais également d’intégrer des investissements déjà existants des entreprises dans un flux plus global de l’information. Rappelons qu’en 2016, les branches industrielles avaient dépensé 28,5 milliards d’euros en investissements (investissements corporels bruts, hors apports), soit un taux d’investissement de 13,2 %. Cet élan d’investissement va se poursuivre dans les années futures pour améliorer l’appareil productif et les organisations pour répondre aux défis de l’industrie de demain et des défis environnementaux et interconnecter la chaine de valeur dans une entreprise étendue.

HELEVATO

Elles doivent donc développer des programmes d’innovation de pointe et investir dans la montée en capacité de l’appareil productif. Cette modernisation de l’appareil productif est une condition sine qua non de la pérennisation de la production française et, à son paroxysme, de la relocalisation de la production en France. Cela induit non seulement des investissements financiers, mais également une montée en compétences liées à l’industrie du futur ainsi qu’une transformation parfois profonde des processus et des organisations. Avec 110 000 recrutements par an à pourvoir avant la crise du covid pour la période 2020-2025, l’industrie des métiers de la métallurgie (aéronautique, métaux, énergie, automobile, électronique…), par exemple, aura besoin de compétences et d’expertises pour aider à ces transformations.

L’industrie comme levier de développement des territoires

L’industrie est un secteur qui s’implante au cœur des territoires. Elle redynamise l’économie des zones dites “périphériques”, par opposition aux métropoles, et contribue ainsi à réduire les risques de fractures sociales. Helevato estime que 1 emploi créé dans une entreprise de l’industrie génère 3,7 emplois directs et indirects.

Professionnalisation des étudiants et candidats

Ensuite, l’industrie est un secteur qui brasse toutes les compétences comme nous l’avons vu : des mains d’or aux ingénieur·es, en passant par les business developers ou également les “geeks”. Les cartographies des métiers des observatoires des métiers comme ceux de la métallurgie, de la chimie ou de l’agroalimentaire montre cette diversité.

Enfin et surtout, l’industrie jouera un rôle fondamental dans la réponse aux enjeux de la planète : la rapprocher des consommateurs améliore la qualité de sa réponse pour proposer les produits de demain.

L’image qu’elle véhicule est importante tant pour son rayonnement que pour ses recrutements. L’industrie reste méconnue et a une réputation parfois vieillissante et en décalage total avec l’expérience humaine qu’elle peut proposer.

Usine deux travailleurs heureux

Ce dernier chiffre de la saga nous montre que sa capacité a répondre aux challenges et aux enjeux notamment des territoires, des populations lui permet de redevenir attractive auprès des potentiels candidats qui l’avaient oubliée.

***

Pour préparer son entreprise, voici les 15 habitudes à avoir :

Livre des 15 habitudes
15 habitudes des entreprises qui réussissent

ici

***

HD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *